•  

    Dis moi, toi qui dirige ce monde en bas,

    pourquoi laisses tu les choses se dégrader comme ça ?

    Ô toi , que l'on implore de cent mille noms,

    viens donc sécher les larmes qui coulent à profusion ...

    Je rêve d'un monde qui rayonnerait de paix,

    mais ici bas, le miroir est bien trop déformé...

    Dis moi que reste-t-il de ton message ?

    Où est donc ton peuple d'enfants sages ?

    Ô toi , je prends à témoins tous les calvaires,

    ce monde de paix s'est transformé en guerres,

    je rêve d'un monde d'amour et de couleurs,

    mais je ne vois rien que des pleurs...

    Dis moi pourquoi faut-il laisser partir,

    les êtres qu'on aime sans pouvoir les retenir ?

    Ô toi , pourquoi gardes tu ce long silence ?

    Pourquoi laisses tu le monde en déchéance ?

    je rêve d'un livre qu'il faudrait réécrire,

    où toutes les grandes âmes viendraient se réjouir,

    Ô toi, je prends à témoins toutes les misères,

    je me demande si tu penses encore à la terre ...

     

    P&C Dilunk /2017

     

     

    cri interieur

     

     


    20 commentaires
  •  

     

    Tu n'avais pas encore douze ans,

    tu n'étais toujours qu'un enfant,

    un jour d'hiver le vent t'a emporté,

    sur ce banc toi tu es resté....

    Dans le silence,

    j’entends tes cris , tes rires,

    il est toujours là....ton sourire...

     

    Je suis retourné bien souvent,

    vers cette statue que tu aimais tant...

    face à la mer, elle semblait demander,

    d'espérer, de rêver...

    Les câbles d'acier , des bateaux,

    rangés dans le vieux port,

    qui claquaient, qui sifflaient...

     

    Tu es parti sans un seul soupir,

    aucune des larmes n'ont pu te retenir,

    ...cette vieille usine qui venait de fermer,

    semblait nous dire de continuer,

    ...ils étaient là, silencieux dans l'entrée,

    la tête baissée, les yeux rougis...

    On en avait fait tant de projets,

    ils auraient du se réaliser .....

     

    Mais ce jour là, la mort suivait nos pas...

    elle était là, le bras sur toi,

    elle a coupé ton étincelle de vie,

    tu as quitté tous tes vrais amis,

    du temps depuis s'est écoulé,

    jamais je n'ai pu t'oublier,

    ton petit corps étendu sur un banc...

    Les yeux ouverts sur l'océan ....

    Comme le mot fin qui s'inscrit sur l'écran,

    nous attendons ton retour .....

     

    P&C 2017 Dilunk

     

     

    à peine douze ans

     

    dédié à mon frère Manu


    18 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires