•  

    Le vent balayait cette large plaine,

    vaste étendue stérile et incertaine,

    les ombres passaient lentement sur les heures,

    de leurs cris, de leurs chants serraient les cœurs ...

     

    Le vent me portait de cette longue plaine,

    les plaintes multiples, les longues peines,

    de ceux qui erraient entre ces lieux,

    abandonnés de tous, même de leur Dieu ...

     

    En longues litanies les esprits avançaient,

    cherchant à me dire, à me chuchoter,

    leurs peurs, leurs craintes, leurs erreurs ,

    dans cette longue plaine, sans véritable lueur ...

     

    Par groupes elles criaient, elles suppliaient ,

    de dire à leurs proches, à leurs parents,

    que leurs misères dans cette longue plaine,

    n'a pas de fin, ne peut s'arrêter...

     

    Le vent balayait cette longue plaine,

    vaste étendue vide et sombre,

    j'y voyais des milliers de milliers d'ombres,

    aux plaintes multiples, aux longues peines ...

     

    P&C Dilunk

     

    La plaine des esprits

     


    21 commentaires
  •  

    Sur toutes les années qui se sont écoulées,

    j'ai vu tant de visages dans tant de paysages,

    sur toutes les régions où j'ai  poussée ma maison,

    j'ai vu tant de sourires  qui bercent mes souvenirs,

    derrière chacunes des porte où j'ai bien pu frapper....

    J'ai connu tant d'amis qui adoucissent la vie ...

     

    Ils étaient comme une douce rosée,

    qui régénèrent une terre usée...

     

    Sur toutes les mains qui se sont souvent ouvertes,

    pour apporter ce qui , parfois, a pu manquer...

    Sur tous les rires qui résonnent encore en moi,

    à la mémoire de ceux qui ont toujours cru en moi,

    sur toutes les amitiés qui ont tenu face aux années,

    tel des rochers, elles nous empêchent de sombrer....

     

    Au delà des années, je n'ai pas pu oublier,

    ces êtres qui sont là pour nous faire avancer...

     

    Sur toutes ces années qui se sont écoulées,

    je n'ai pas voulu fermer le miroir du passé,

    sur toutes les mains qui se sont souvent ouvertes,

    j'ai ouvert grands mes yeux pour ne pas les oublier...

    à la mémoire de ceux qui ont toujours cru en moi,

    à tous ces rires qui résonnent encore en moi,

    sur toutes les amitiés qui ont tenu face aux années,

    tels des rochers, elles nous gardent de sombrer ...

     

    Ils seront toujours la vraie rosée,

    la seule qui peut régénérer ...

     

    Ils étaient comme une main tendue,

    qui régénère un cœur perdu ....

    ils étaient comme une main tendue...

    à toutes ces années ...

     

    P&C 2016 /Dilunk

     

    A toutes ces années....


    50 commentaires
  • Comme ces années évaporées,

    disparues au fond d'une glace,

    j'ai toujours tendu le bras,

    mais où tu es tu n'm'entends pas!

     

    Dans le silence, j’entends tes rires,

    tes battements de cœur et tes soupirs,

    je n'avais plus la force d'avancer,

    le monde semblait se disloquer ...

     

    Il est si tard, il faut partir,

    avec promesse de vite revenir,

    abandonnés face à l'escalier,

    le monde semblait nous provoquer...

     

    Les regards se sont croisés,

    on a promis de résister,

    et dans le noir des yeux surveillaient,

    rêvant de fouiller nos pensées...

     

    Chœurs :" dans le miroir"

     

    Jamais , non, on ne pourra savoir,

    ce que mon cœur hurlait sur le soir,

    si seulement j'avais pu décrire,

    ce que mes nuits m'ont faites souffrir...

     

    Jamais , non, on ne pourra violer,

    tous les secrets de mes pensées,

    si seulement j'avais pu m'enfuir...

    Sur les chemins du devenir ....

     

    Chœurs: " dans le miroir"

     

    et puis le temps s'accélérait,

    les jours passaient, nous transformaient...

    Les nuits et leurs lots de mystères,

    deux âmes...une foi dure comme le fer...

     

    Et le silence qui nous enseigne,

    la passion coule dans toutes nos veines,

    on a promis de résister,

    de préserver toutes nos idées...

     

    Il est si tard il faut partir,

    cacher la peine sous un sourire,

    abandonné dans mes pensées,

    plus rien ne pourrait me blesser...

     

    Dans le silence , j'entends ton cœur,

    et des messages au bout des heures...

    J'avais envie de m'accrocher,

    de maintenir ma vérité ....

     

    Chœurs "dans le miroir"

     

    jamais , non, on ne pourra savoir,

    ce que mon cœur hurlait sur le soir ....

     

    P&C Dilunk

     

    Dans le miroir

     


    18 commentaires
  •  

    Puisque jamais plus...C'est dit!

    leurs sourires n'enchanteront mes nuits,

    tel un pont brisé, un ouvrage en ruines....

    J'attends l’œuvre du temps, qu'il me mine .....

     

    Puisque jamais plus maintenant,

    les années s'enchaineront en rêvant ...

    Telle une route défoncée, une voie oubliée,

    j'attends l'heure, l'évènement...Sereinement ....

     

    Puisque jamais plus à l'évidence,

    je ne ferai d'autres pas de danse...

    Telle une image jaunie...Fantôme de la nuit...

    J'attends le signal, la lumière vitale ....

     

    Puisque jamais plus à présent...

    Mes rêves s'élèveront en chantant...

    Tel un arbre brûlé, vestige du passé,

    j'attends le final...Le vrai signal ....

     

    Puisque jamais plus ô grand jamais ....

    Ce qui était ne reviendra...

    Telle une plante qui meurt lentement....

    J'attends le moment...sereinement ....

     

    P&C Dilunk

    (dédié à toi qui a lutté sereinement jusqu'au bout.....)

     

     

     

    in memorandum


    14 commentaires
  •  

    Un ami, on en a qu'un seul , un vrai !

    fidèle comme une ombre,

    toujours à écouter !

    chœurs : toujours à écouter !

    même s'il se tait, il est toujours présent,

    sa force c'est l'amitié,

    il nous soutient en tous temps ....

    Chœurs : il nous soutient en tous temps

     

    ...Mais toi où es tu à présent ?

    Ami de plus de vingt-cinq ans ...

    Que reste-t-il de toutes tes promesses ?

    chœurs : de toutes tes promesses ?

    Tu as abandonné, oh par faiblesse!

    un ami on en a qu'un , un seul, un vrai ....

     

    Tu as oublié tous ces souvenirs,

    cette amitié tuée me fait souffrir !

    un ami on en a qu'un seul, un vrai...

    Mais toi tu as trahi jusque notre amitié !

     

    Sans même un regard,

    tu passes ton chemin,

    les souvenirs s'en vont au loin,

    chœurs : les souvenirs s'en vont au loin ...

    Je me dis : mon frère est mort une seconde fois !

    mais peux tu comprendre cela ?

    Chœurs : mais peux tu comprendre cela .

     

    Mais où es tu à présent ?

    Qu'as tu fais de tes sentiments ?

    Je resterai ton ami, je ne peux me renier,

    c'est ainsi ...

    Mon ami est mort,

    bien qu'il soit vivant,

    un ami on en a qu'un seul , un vrai

    chœurs : un ami on en a qu'un seul , un vrai ...

     

    Un ami on en a qu'un seul , un vrai,

    fidèle comme une ombre,

    toujours à écouter

    chœurs: toujours à écouter...

    Même s'il se tait,

    il est toujours présent,

    sa force c'est l'amitié,

    il nous soutient en tous temps

    chœurs: il nous soutient en tous temps !

    même s'il se tait il est toujours présent,

    sa force c'est l'amitié,

    il nous soutient en tous temps .....

     

    P&C Dilunk

     

    Un ami, un seul

     

     

     


    14 commentaires