•  

    Sur un coucher de soleil,

    je cherchais ton visage,

    sur le bleu infini,

    je te vois, je te souris .

     

    Le vent soulève tes cheveux,

    tu marches sous la garde des dieux,

    au loin les ombres qui s'en vont....

    Comme à la fin d'une chanson .

     

    La nuit renferme tant de secrets,

    tant d'images sur du papier glacé....

    La nuit préserve mes vérités,

    sur des poèmes, sur des idées.

     

    A rester veiller bien tard,

    je cherchais ton regard,

    j'imaginais tes sourires,

    et je te vois t'endormir,

     

    Sous les étoiles marcher à deux,

    les mains serrées sous les cieux,

    le vent nous conte l'histoire,

    des cœurs qui sont remplis d'espoir.

     

    La nuit referme tous mes secrets,

    toutes mes images, tous mes idées,

    la nuit préserve mes vœux chantés,

    dans des poèmes, dans des cahiers...

     

    Sur un coucher de soleil,

    j'ai trouvé ton visage,

    sur le bleu infini,

    je te vois, je te souris....

     

    Sur un coucher de soleil,

    j'ai trouvé ton visage,

    sur le bleu infini,

    je te vois, je te souris...

     

    sous les étoiles marcher à deux,

    les mains serrées sous les cieux,

    le vent nous conte l'histoire,

    des cœurs qui sont remplis d'espoir .

     

    Sous un coucher de soleil,

    je cherchais ton visage,

    sur le bleu infini

    je te vois et je te souris (2)

     

    Sur le bleu infini,

    je te vois, je te souris .

     

    P&C 2016 Paroles et musique Dilunk

    Sylvie a participé au chant

    Une composition postée spécialement pour mon amie Chrisy

     

    Bleu infini


    25 commentaires
  •  

    Autre lieu, autre décors, autre monde,

    mes pas me guidaient sur une terre féconde,

    une ferme étrange, un lieu qui dérange,

    une terre de contraste, un monde paradoxal ....

     

    Survint un porc philosophe,

    roi du crayon et de la strophe,

    doué pour des lignes de mots balancés,

    sans comprendre un seul trait de "sa vérité" ...

     

    Puis je voyais une vache chanteuse,

    à la voix rauque et disgracieuse.....

    terrorisée par un micro, par un essai,

    dénuée de volonté , de vouloir se lancer ....

     

    Ferme paradoxale à l’image des humains,

    où les animaux jouent notre rôle d'Arlequin,

    ferme perdue dans un monde en couleurs,

    où chacun veut cacher toutes ses erreurs .......

     

    Survint  une pie menteuse,

     une corneille malhonnête,

    des oies capricieuses,

    des pintades colporteuses,

    des poules étudiantes,

     et même un coq syndicaliste,

    un petit chien se noyant dans un verre d'eau....

     

     

    ferme perdue dans un monde en couleurs,

    où chacun veut cacher toutes ses erreurs .......

     

    P&C 2010 paroles et musique Dilunk

    (pas trop le temps de composer ces jours ci je vous poste une chanson un peu plus ancienne )

    La ferme paradoxale


    42 commentaires
  •  

    Seul face à ce miroir,

    je me regarde mais sans me voir....

    Je regarde défiler mon histoire,

    et puis après...il y a du noir .

     

    Visage d'enfant trop grand,

    que je ne maitrise pas vraiment,

    et mes yeux bleus comme l'océan,

    je ne m'y retrouve plus dedans ...

     

    Ma main sur le miroir,

    je voudrai bien y croire,

    je me dis qu'il y a l'espoir,

    pourtant je ne vois que le noir...

     

    Visage d'enfant rieur,

    qui cache son jeu même quand il pleure,

    qui apprécie la vraie valeur,

    d'un an ou d'une seule heure...

     

    Aucun sous entendu,

    les mots sortent comme tu l'as voulu,

    comme un cri ils sortent de moi,

    je les comprend....pourquoi pas toi ?

     

    Seul face à ce miroir

    je me regarde mais sans me voir,

    je n'y vois que du noir,

    c'est donc cela toute mon histoire ?

     

    Visage d'enfant si grand .....

     

    Ma main sur le miroir,

    je voudrai pourtant bien y croire,

    je me dis qu'il y a de l'espoir,

    pourtant je ne vois que le noir ....

     

     

    P&C 2013

    Paroles et musique : Dilunk

     

    Miroir


    29 commentaires
  •  

    Le temps n'est qu'une passerelle,

    où je ne suis qu'une illusion,

    je circule du réel à l’irréel ,

    j'offre belle part à déraison ...

     

    Sur les sentiers de nulle part,

    je m'invente mille histoires...

    Des scénarios en gris et noir,

    des vies à miroirs ...

     

    Sur les facettes du temps,

    je dissèque le poids des ans,

    j'interprète le sens des mots...

    Je me plonge dans les grandes eaux...

     

    Sur le cœur des messages,

    je tourne et retourne les pages,

    des plaintes au cœur des âges,

    je renouvelle mes passages...

     

    Je suis passager et voyageur,

    je scrute le cadran des heures,

    d'un geste de la main je vais au loin,

    sans un vouloir, sans un demain...

     

    Le temps est mon sang,

    de la mort sort le vivant...

    Le vivant sera néant,

    je serai un instant sur le temps ...

     

    Paroles et musique Dilunk

    P&C 2016

     

    Passerelle du temps


    36 commentaires
  •  

    Je n'ai pas souhaité être un mouton,

    comme tous ceux qui vivent d'illusions....

    j'ai souhaité vivre de certitudes,

    regarder les "ombres" de mon altitude!

     

    Je n'ai pas souhaité m'excuser,

    envers des ombres sans intérêt...

    qui perdent leur vie sur des détails,

    leurs âmes se sont toutes évaporées....

     

    Rien ne saurait, un instant, justifier

    le désir de blesser, ce désir d'effacer...

    Je vis mes heures au fond de mon cœur...

    Mon "Maître" sonnera votre heure....

     

    J'ai grande confiance en demain,

    même si je ne suis plus rien ...

    Ce dont vous rêvez sera brûlé,

    ce que vous voulez sera enlevé...

     

    Ils ont sciés les quatres pieds,

    d'un support qui devait exister...

    la nuit viendra vous entourer,

    de ses craintes, de ses années....

     

    Je n'ai pas souhaité m'attarder,

    sur des êtres vils, sans intérêt,

    qui perdent leur temps en vain...

    leurs âmes sont entre ses mains ...

     

    Je n'ai pas souhaité être un mouton ....

     

     

    Paroles et musique Dilunk

    P&C 2016

    Les moutons

     

     

     

     


    42 commentaires