•  

    Sur le silence d'une route abandonnée,

    j'ai vu tant d'ombres du passé ....

    Certaines marchaient la tête baissée,

    cherchant une lumière pour les guider ...

    Je me suis assis en paix sur le sentier,

    interpellant les ombres du passé,

    jamais leurs rondes ne cesseraient ...

    Toujours et encore elle reviendraient ...

    Sur les voies d'une ville abandonnée,

    j'ai vu tant de personnes s'égarer,

    certaines se vidaient de tout espoir,

    cherchant un refuge dans le noir .

    Je me suis assis en paix dans un quartier,

    interpellant les âmes épuisées,

    jamais la ville ne s’éclairerait ...

    Toujours et encore elle s’effacerait ...

    Au détour d'une route embrumée,

    j'ai trouvé un sens aux heures passées,

    rien ne pourrait me détourner,

    de la lumière qui brille à jamais ....

     

    P&C Dilunk  (2007)

    (pas le temps de composer ces temps ci )

     

    Sur la route embrumée

     

     


    5 commentaires
  •  

    N'être rien serait déjà tant ...

    Je marche dans des sables mouvants.

    Des épines cherchent à me nouer,

    des ronces me couvrent de plaies...

     

    Je vole sur mes chemins,

    je viens te prendre la main,

    sur les lueurs d'un p'tit matin,

    je t'aime ...je t'aime tant ....

     

    Dans l'ombre des reflets, je suis,

    dans une vague, dans un chant, je vis,

    va nus pieds au cœur saignant , je cris,

    à l'ombre d'un chêne, je termine ma nuit,

    une main se tend ....et cesse la pluie ...

     

     

    Je vole sur mes chemins,

    je viens te prendre la main,

    sur les lueurs d'un p'tit matin,

    je t'aime ...je t'aime tant ....

     

    N'être rien serait déjà tant,

    je traine sans but, tel un fou.

    Mat d'un tarot, la fin, le bout,

    retour sur un début, sur du flou .

    Le temps tourne et retourne sur la roue ....

     

     

    Je vole sur mes chemins,

    je viens te prendre la main,

    sur les lueurs d'un p'tit matin,

    je t'aime ...je t'aime tant ....

     

    Dans le monde des sons, je passe,

    dans le miroir, sur un reflet je trépasse ,

    battement de cils sur un temps qui passe...

    Je suis ainsi, je passe et je fâche...

    Ma main se tend et tombe la nasse....

     

     

    Je vole sur mes chemins,

    je viens te prendre la main,

    sur les lueurs d'un p'tit matin,

    je t'aime ...je t'aime tant ....

     

    Ad libitum

    P&C 2017 Dilunk

     

     

    N'être rien serait déjà tant ....

    Une création de Nicole , un monde qu'il faut aller visiter absolument

    nicolesims3.eklablog.com

     

     

     

     

     

     


    21 commentaires
  •  

    Petit garçon qui guette une voix dans le noir...

    Il a peur, il est seul, il ne veut pas s’assoir .

    A tâtons, plein de crainte, il cherche la porte du couloir ...

    Au delà de mes rêves, je cherche une île, un espoir,

    frisson intense qui te parcourt le corps....

    Tu sais qu'il faudra vaincre, être le plus fort...

    Gagner sur la vie, peut-être même.. sur la mort,

    Au delà de mes rêves, mon monde devient de l'or,

    une âme perdue sur des rivages inconnus...

    Vision étrange d'une litanie de visages connus...

    Seul sur son banc, le petit garçon n'en peu plus,

    il pleure la petite fée qui n'est jamais venue ...

    Au delà de mes rêves, je cherche une île, l'espoir,

    plein de crainte, je guette une voix dans le noir,

    je sais qu'il faudra vaincre, être le plus fort,

    vaincre sur la vie, peut-être même sur la mort...

    Il pleure la petite fée qui n'est jamais venue ...

    Une âme perdue sur des rivages inconnus,

    seul sur son banc, le petit garçon n'en peu plus

    il pleure la petite fée qui n'est jamais venue ....

     

    P&C Dilunk 2017

     

    Les yeux grands ouverts

     

     

     

     


    19 commentaires
  •  

     

    Sur les prémices de mes nuits blanches,

    je rongeais tant d'idées noires....

    Je voyais des hommes brisés,

    s'enchainer de liberté... (bis)

     

    Dans un chemin sans issue,

    était la voie perdue...

    Les muets savaient parler,

    les morts pouvaient penser...(bis)

     

    Ceux qui courraient , piétinaient ,

    ceux qui savaient...se taisaient ...

    Les anciens étaient si jeunes,

    les jeunes étaient si vieux ...(bis)

     

    Flétris sur toute l'âme,

    ainsi se jouait le drame...

    Les nuits seraient si courtes ,

    avec des heures si longues ...(bis)

     

    grands ouverts, les cœurs fermés...

    grands ouverts , les cœurs fermés...

     

    P&C Dilunk 2017

     

    La voie perdue

     

     

     


    18 commentaires
  •  

    Seul, sur un banc, face à l'océan,

    le visage caressé par le vent.

    Il est si heureux, oh tellement bien,

    il ne se rappelle en fait, de rien.... (bis)

    le soleil est là et se lève....

     

    Il emprunte une voie étrange,

    le chemin se nomme espérance,

    il fait partie de tous ces gens heureux,

    le soleil se trouve au fond de ses yeux (bis)

    qui pourrait lui ôter la force?

    De croire en un monde merveilleux ...

     

    Aujourd'hui, rien ne serait pareil,

    il gagne sur sa vie....

    Seul sur un banc face à l'océan,

    le visage si heureux maintenant (bis)

    il est heureux avec rien,

    il sourit, il sourit enfin...

     

    Il lève la main sur l’océan,

    il sourit, il a trouvé....

    Que reste-t-il du temps passé?

    Plus rien, il a tout oublié .....

     

    P&C Dilunk 2017

    Migrations

     

     

     

     

     


    16 commentaires