• Mes pas me guidaient sur une grotte cachée,

    un monde de silence, une terre d'initiés,

    la valeur des instants vaut plus que de l'argent,

    les chants psalmodiés sont de l'or vraiment.

    Mes pas me guidaient sur des visages sereins,

    des êtres sages dénués de besoins,

    les pensées placées au fond d'eux mêmes,

    ils oublient le temps, les années, les chemins.

    Un monde de silence, une terre d'initiés.

     

    L'un d'eux m'a dit:" l'envie apporte l'excès!

    -ce qu'ils ne peuvent égaler sera piétiné!

    -les critiques viendront en nombre et en nombre!

    -ils haient la lumière et recherchent la pénombre ....

    -La pénombre ....."

     

    un autre m'a dit: "laisse les morts aller leur chemin,

    -ils sont d'aujourd'hui, mais jamais de demain!

    -comme un songe angoissant qui te serre le cœur!

    -disparaît le matin, s'efface sur les heures!

    -sur les heures!....."

     

    Les êtres sages sont partis sans un bruit,

    leurs visages sereins berceraient mes nuits,

    les pensées cachées au fond de leurs âmes,

    ils savaient raviver l'éclat des vraies flammes,

    un monde de silence, une terre d'initiés....

     

    Et l'un d'eux m'a dit: "l'envie apporte l'excès!

    - ce qu'ils ne peuvent égaler sera piétiné!

    -les critiques viendront en nombre et en nombre!

    -ils haient la lumière et recherchent la pénombre!

    -la pénombre! ....."

    Mes pas me guidaient vers une grotte cachée,

    un monde de silence, une terre d'initiés .....

     

    P&C 2010 Dilunk

    La grotte des initiés

     

     


    23 commentaires
  • Être partagé entre deux mondes,

    passer du présent au passé,

    désirer l'avenir et retenir un souvenir....

    Le passé n'est pas vraiment mort,

    il est là encore!

    le futur n'est pas assez fort, assez fort,

    deux routes de joie, un vainqueur, un vaincu...

    être partagé entre deux états,

    et ne pouvoir faire son choix...

    Désirer avancer, retenir le passé.

    Le passé rappelle du fond de la nuit,

    le futur comprend que c'est la vie...

    Ne pas laisser le doute s'installer,

    l'avenir sait qu'il ne peut lutter...

    être partagé dans tous ses choix,

    et vouloir tout garder...

    Vouloir s'échapper du futur,

    mais c'est si dur ...

    Le passé reconstruit son passé,

    et vient créer ses projets,

    il vient prendre ce qui est sien,

    il l'a toujours souhaité...

    Le futur devine l'avenir...

    Et la force des soupirs.

    La nostalgie au fond des cœurs,

    mais les mains sont liées,

    ce qui est écrit doit s'accomplir....

    Il s'est promis de ne rien regretter....

    Entre deux mondes....

    Entre deux mondes...

    Entre deux mondes ...

     

    P&C Dilunk 2012

    Entre deux mondes.

     


    51 commentaires
  • Tous ces kilomètres , qui ne font que s'étendre,

    je n'y pense plus ça ne sert à rien.

    Litanies de voitures qui vont toutes vers le même point,

    destin étrange , d'une course sans fin ...

    Et toutes ces pensées qui ne veulent pas s'arrêter,

    et toutes ces idées qui voudraient s'incruster...

    Je serre les dents, les poings et je me dis que c'est rien,

    impressions étranges qui me poussent

    toujours plus loin...

    Et tous ces visages qui s'éclipsent sous tes yeux,

    visions éphémères de personnages jamais vieux....

    Cailloux tombés dans l'onde,

    qui font des cercles à l'infini....

    Un peu à ton image, qui émet dans la nuit,

    ses envies....

    Et tous ces silences , longs et courts à la fois,

    et ces silhouettes qui courent et ne courent pas ....

    Éclairs dans le ciel,

    le ciel d'une nuit d'été,

    sentiments gravés dans un cœur martyrisé .....

     

    P&C Dilunk 2013

     

     

    Cercles à l'infini


    26 commentaires
  • Des tas d'enfants qui marchent main dans la main,

    ils se demandent où les mènent leurs destins,

    ils pleurent, ils rient, s'en vont au loin,

    le temps qui passe et puis plus rien ....

     

    Seul sur son banc il parle au vent,

    ses amis sont partis depuis longtemps ...

    Le cœur serré il voit pourtant,

    passer les litanies d'enfants .

     

    Il oublie le temps qui passe,

    il voudrait bien garder sa place,

    en fait, il n'a pas changé,

    il pourrait tout recommencer...

     

    A toute vitesse les images s'enlacent,

    avec la mélodie du temps qui passe,

    une ombre perdue au fond d'une rue....

    Il court, il court, mais n'y croit plus .

     

    A présent, tout, oui tout est derrière lui,

    un jour ou l'autre va tomber la nuit,

    le temps s'écoulera finalement,

    tout comme les litanies d'enfants...

     

    Il oublie le temps qui passe,

    il voudrait bien garder sa place,

    en fait il n'a pas changé,

    il pourrait tout recommencer...

     

    Seul sur son banc il attend sagement,

    regardant sur ses mains l'empreinte du temps,

    dans son cœur il espère vraiment,

    rejoindre les litanies d'enfants...

     

    Des tas d'enfants qui marchent main dans la main,

    ils se demandent où les mènent leurs destins,

    ils pleurent, ils rient, s'en vont au loin,

    le temps qui passe et puis plus rien ....

     

    2011 P&C Dilunk 

     

    Les litanies d'enfants

     


    17 commentaires
  • J'attends idiot sur le quai d'une gare,

    une gare qui ne mène nulle part,

    les trains passent et puis s'en vont,

    dans une gare se trouve peut-être ma maison...

     

    Tous ces trains mènent au même endroit,

    ce sera un jour ici, un jour là bas,

    peu importe le pays ou la gare,

    on ne m'attend jamais nulle part ...

     

    Coup de sifflet dans le brouillard,

    le train s'en va sur le soir,

    visages qui défilent dans ma mémoire,

    chez moi c'est nulle part, nulle part...

     

    Mes amis sont mes ennemis,

    en fait, c'est le prix de ma vie,

    je ne change rien de mon destin,

    je rêve toujours pour rien...

     

    J'attends que ce train entre en gare,

    comme les autres, ils ne va nulle part,

    les trains passent et puis s'en vont,

    ils poussent toujours ma maison...

     

    Coup de sifflet dans le brouillard,

    le train s'en va dans le soir,

    visages qui défilent dans ma mémoire,

    chez moi c'est nulle part ...

     

    2010 Dilunk

     

     

    Les quais de gare


    30 commentaires